Forum de numismatique
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  La revue OMNILa revue OMNI  ConnexionConnexion  
Derniers sujets
» Monnaie en cuivre
Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles... Icon_minitimeAujourd'hui à 13:08 par Romy

» Fragment de monnaie
Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles... Icon_minitimeAujourd'hui à 12:23 par Romy

» Liste des quaters dollards
Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles... Icon_minitimeHier à 17:59 par numis87

» Penny (William I) Guillaume Ier, le Lion. 1165-1214 Ecosse
Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles... Icon_minitimeHier à 8:20 par Romy

» Absence
Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles... Icon_minitimeHier à 5:51 par ak48

» Tirage de la monnaie de 20F Marengo L'An9
Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles... Icon_minitimeSam 15 Juin 2024 - 6:33 par Polybes

» CATALOGUE DES MONNAIES ROYALES FRANÇAISES TOME I ET II
Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles... Icon_minitimeMer 12 Juin 2024 - 9:33 par numis87

» Liard Pays-Bas Espagnols – Ferdinand d’Aspremont
Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles... Icon_minitimeMar 11 Juin 2024 - 19:27 par Romy

» Catalogue très utile pour l'ami "Romy" et d'autres
Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles... Icon_minitimeMar 11 Juin 2024 - 10:06 par minotaure

Partenaires OMNI
Demandez les revues OMNI à editionOMNI@gmail.com






Demandez ce livre à editionOMNI@gmail.com













La
valeur des monnaies francaises












Sujets similaires
Le Deal du moment : -50%
WiMiUS S27 – Mini projecteur portable rotatif ...
Voir le deal
69.99 €

 

 Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles...

Aller en bas 
AuteurMessage
minotaure




Nombre de messages : 3239
Age : 77
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/09/2020

Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles... Empty
MessageSujet: Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles...   Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles... Icon_minitimeSam 27 Avr 2024 - 14:50

https://www.science.org/content/article/massive-dna-study-reveals-mating-customs-mysterious-medieval-horse-riders?utm_source=sfmc&utm_medium=email&utm_content=alert&utm_campaign=WeeklyLatestNews&et_rid=300642736&et_cid=5192854

Peut-être avez-vous dans vos tiroirs des monnaies frappées par les Avars ?

Quoiqu'il en soit l'analyse par l’ADN de centaines de sépultures en Hongrie permet de retracer le plus long arbre généalogique connu, celui du peuple des Avars ; et de comprendre l’histoire et les pratiques de ce peuple ce que ne permettait absolument pas les sources connues jusqu’à ce jour… Une prouesse donc.

Ma traduction de cet article via DeepL :

En 568 avant notre ère, selon les archives contemporaines, des cavaliers guerriers venus des steppes mongoles, les Avars, ont fait irruption dans les plaines herbeuses qui bordent le Danube, à peu près sur le territoire de l'actuelle Hongrie. Avec d'autres groupes d'Asie centrale, ils ont formé un nouveau centre de pouvoir en Europe, forçant l'Empire byzantin à payer un tribut. Mais ils n'ont pas laissé d'histoire écrite. Aujourd'hui, grâce à l'ADN de centaines de sépultures, y compris des cimetières Avar entiers, les chercheurs ont comblé certaines lacunes, en utilisant des données de parenté pour reconstruire les schémas d'accouplement, la mobilité et même la politique locale des Avar.

Publiée aujourd'hui dans Nature, cette étude est le plus grand exemple d'une nouvelle tendance dans la recherche sur l'ADN ancien, qui consiste à étudier non seulement des individus isolés, mais aussi des communautés et des familles entières. Elle comprend l'arbre généalogique basé sur l'ADN le plus long jamais publié, couvrant neuf générations. "L'idée d'étudier l'ensemble du cimetière est fantastique", déclare Florin Curta, historien à l'université de Floride, qui n'a pas participé aux recherches. "C'est une façon d'écrire l'histoire en l'absence de sources écrites.

L'ADN ancien prélevé sur les ossements des Avars avait déjà permis de clarifier la question de l'origine de ce peuple nomade. Dans une étude précédente, les chercheurs ont montré que de nombreux Avars enterrés en Hongrie vers 600 avant notre ère avaient des ancêtres communs avec des personnes enterrées en Mongolie quelques décennies plus tôt, ce qui implique une migration sur de longues distances qui a parcouru plus de 7000 kilomètres en l'espace d'une génération.

Mais d'autres questions restaient en suspens, comme la manière dont les Avars avaient organisé leur société et s'ils avaient adapté leurs coutumes à leur nouvelle patrie. Pour en savoir plus, une équipe de généticiens, d'archéologues et d'historiens a séquencé l'ADN de plus de 400 squelettes provenant de quatre cimetières situés à moins de 200 kilomètres les uns des autres ; la datation au radiocarbone a montré que les sépultures couvraient les 250 ans de règne des Avars dans la région. L'équipe a ensuite recherché les liens de parenté au premier ou au second degré - les mères et leurs enfants, les frères et sœurs, les tantes et les oncles.

L'approche du cimetière entier a permis de reconstituer des arbres généalogiques entiers, certains contenant des dizaines d'individus. L'arbre de neuf générations s'étendait d'un homme fondateur enterré peu après l'arrivée des Avars à un descendant enterré 250 ans plus tard. L'approche communautaire "m'a permis de donner vie à ces personnes", explique Zsófia Rácz, coauteur de l'étude et archéologue à l'université Eötvös Loránd qui a fouillé l'un des sites. "Nous avons découvert comment les gens organisaient leurs communautés - c'est quelque chose que nous n'aurions jamais vu par le biais des sources écrites ou de l'archéologie seule".

L'ADN a également montré que les Avars enterraient les personnes étroitement liées ensemble dans ce que l'on pourrait considérer comme des lots familiaux. "D'un point de vue culturel, cela montre que la parenté biologique était importante dans cette société", explique Zuzana Hofmanová, généticienne à l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutive (EVA), ce qui suggère que la société avar mettait l'accent sur la parenté biologique.

Tous les hommes étudiés descendaient de quelques hommes adultes enterrés avec de riches objets funéraires, supposés être les fondateurs de la communauté. En revanche, "toutes les femmes adultes sont extérieures et n'ont pas de parents au cimetière", explique Guido Gnecchi-Ruscone, généticien à l'EVA, qui a dirigé les efforts de reconstitution des arbres généalogiques. Au lieu de cela, les femmes avaient tendance à avoir des parents éloignés dans d'autres cimetières.

Ce schéma correspond à une pratique que les ethnographes appellent la patrilocalité, dans laquelle les hommes restent sur place tandis que les femmes quittent leur lieu de naissance pour trouver des partenaires, un schéma également observé chez les anciens agriculteurs européens, entre autres. L'ADN a également révélé des cas de polygamie et d'"unions léviratiques", dans lesquelles des hommes étroitement apparentés - des frères, ou un père et son fils - ont eu des enfants avec la même femme.

Ce schéma était "archéologiquement invisible, mais grâce aux données génétiques, nous pouvons voir clairement le rôle des femmes", explique Tivadar Vida, archéologue à Eötvös Loránd et coauteur du nouvel article. "Les femmes reliaient les différentes communautés.

Le système patrilinéaire strict et les mariages avec des femmes non locales semblent avoir aidé les Avars à éviter la consanguinité : Après avoir analysé l'ADN de centaines de personnes, l'équipe n'a trouvé aucun exemple d'enfants nés de parents proches ou même de personnes séparées par cinq degrés. La tradition orale a probablement aidé les Avars à maintenir leur lignée au cours des siècles, en empêchant les mariages avec des cousins éloignés. "Nous ne savons pas grand-chose de la langue des Avars, mais il semble que nous connaissions l'un des sujets sur lesquels ils communiquaient", explique Mme Hofmanová.

Les chercheurs ont même trouvé des preuves de changements politiques dans les données ADN. Dans un cimetière, appelé Rákóczifalva, plusieurs générations d'hommes étroitement apparentés ont été enterrées les unes près des autres. Puis, après 650 avant notre ère, il n'y a plus de descendants de la lignée masculine d'origine enterrés dans le cimetière. Une nouvelle lignée d'hommes se marie et leurs descendants sont enterrés à une centaine de mètres de là, sans les chevaux qui accompagnaient habituellement les hommes dans les tombes précédentes, ce qui indique un changement culturel. Il se peut qu'un clan local ait perdu ses faveurs à la suite d'un changement de chef, par exemple. Mais la rupture n'est pas totale : les deux parties du cimetière et le long arbre généalogique sont reliés par des demi-frères maternels. "Ils sont reliés par l'intermédiaire d'une femme", explique Mme Hofmanová.

Les Avars ont conservé leurs pratiques sociales alors même que d'autres aspects de leur société changeaient radicalement. Par exemple, grâce à la datation au radiocarbone et aux changements dans les modes de peuplement et d'inhumation, les archéologues savent qu'une cinquantaine d'années après leur arrivée en Europe - vers 626. J.-C., lorsqu'ils ont subi une défaite retentissante face à l'Empire byzantin, les Avars ont abandonné leur mode de vie nomade pour s'installer dans des villages et cultiver des céréales. Mais l'ADN montre que leurs traditions patrilocales ont persisté. "Malgré leur sédentarisation, ils ont conservé leurs traditions d'organisation sociale des steppes", explique M. Rácz.

Jean Luc
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
 
Les Avars et leur ADN sur plusieurs siècles...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Article "Les Plombs des armées XVIIe - XIXe siècles" dans le DP 163
» plusieurs romaines a id 2
» plusieurs romaines a id 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Numismatique - Objets et Monnaies Non Identifiés :: GENERAL :: LIVRES et PAGES WEB-
Sauter vers: